Skip to content

Sélection des ouvrages encyclopédiques

Comment furent sélectionnés les titres retenus dans les listes de publications recommandées

Les titres retenus ne contiennent que des articles signés ou attribuables à des chercheurs dont la compétence est établie et vérifiable. Il arrive qu’un auteur unique signe l’ensemble d’un dictionnaire spécialisé; c’est alors l’aboutissement d’une compétence acquise au cours d’une longue carrière – avec l’aide d’assistants souvent demeurés anonymes. Ainsi pour :

  • Grimal, Pierre. Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine. Paris, Presses universitaires de France, 15e éd., 2005, XXXI-574 p.
  • Favier, Jean. Dictionnaire de la France médiévale. Paris, Fayard, 1993, 982 p.

L’absence du mot « histoire » dans le titre d’une publication à caractère encyclopédique ne doit pas provoquer sa mise à l’écart machinale. Sous un étiquetage disciplinaire varié (religion, littérature, politique, art, sciences sociales, etc.), un grand nombre de tels instruments ont des services à rendre aux historiens et leur présentent utilement renseignements et interprétations. D’où la place dans les listes dressées par H-H d’un éventail assez large de dictionnaires au cadrage disciplinaire varié.

Par exemple, beaucoup de publications encyclopédiques dont le titre évoque directement la dimension religieuse de l’histoire ont mérité une place dans H-H, pour deux raisons :

  • Un grand nombre de leurs articles sont à caractère historique et rejoignent largement l’histoire – même profane – des millénaires concernés.
  • Les grandes religions ont connu un développement historique dans la longue durée et sur de vastes espaces; elles s’inscrivent ainsi dans l’histoire générale du monde.

Pour garder à ce répertoire une dimension maniable et lui permettre de jouer son rôle de première initiation auprès d’étudiants débutants en histoire, il a fallu appliquer les règles suivantes d’exclusion:

  1. toutes les publications de Michel Mourre sont passées sous silence; ce compilateur a fait paraître de nombreux dictionnaires historiques, sous des formats variés et en de multiples éditions. Sa maîtrise du contenu est cependant trop inégale pour le faire considérer comme un guide satisfaisant; son succès de librairie ne peut pas servir de garantie de qualité scientifique.
  2. les publications à caractère encyclopédique de la maison d’édition Facts on File (New York) ont été généralement écartées à cause de leur statut d’ouvrages de vulgarisation destinés à un public non universitaire.
  3. certains dictionnaires biographiques anciens, même réputés, ont été omis parce qu’ils sont maintenant dépassés en tant que dictionnaires biographiques généraux; pour des études plus spécialisées, ils peuvent néanmoins garder une utilité, comme par exemple certains grands dictionnaires conçus au XIXe siècle, pour l’histoire du XIXe siècle lui-même. Les très nombreux dictionnaires biographiques de type Who’s Who (souvent annuels ou nationaux) n’ont pas été inclus pour éviter de gonfler le répertoire à l’excès; ils sont à connaître et à utiliser principalement pour l’histoire du XXe siècle.
  4. des maisons d’édition comme Greenwood Press (Westport, NJ), Scarecrow Press (Metuchen, NJ) ou Oxford University Press (Oxford) se sont fait une spécialité de publier des dictionnaires historiques, généralement de bonne qualité; ces publications portent des titres comme Historical Dictionary of … Leur nombre rapidement croissant (plusieurs dizaines de titres !) a rendu impraticable une énumération individuelle.
  5. certains éditeurs d’encyclopédies (comme Scribner à New York), abandonnent parfois le classement alphabétique des articles pour lui préférer un assemblage d’exposés substantiels découpés chronologiquement, géographiquement ou thématiquement.
    Par exemple :

    • Civilizations of the Ancient Near East (1995, 4 vol.)
    • Encyclopedia of American Social History (1993, 3 vol.);
    • Encyclopedia of American Cultural and Intellectual History (2001, 3 vol.).

    Malgré leurs titres et leurs mérites certains, de telles publications ne constituent à proprement parler ni des encyclopédies ni des manuels; elles n’ont donc pas été incluses dans le répertoire afin d’en préserver l’homogénéité.

  6. à la fin du XXe siècle, l’Encyclopaedia Universalis, de concert avec l’éditeur Albin Michel, a publié des recueils d’articles à connotation historique tirés de l’Encyclopédie et regroupés par tranche chronologique ou aire de civilisation; il est plus expédient d’aller les lire dans l’Encyclopédie elle-même, d’autant que ces réimpressions sont souvent appauvries par rapport à la version originale. Pour mémoire, en voici une liste :

Histoire générale thématique :

  • Delumeau, Jean préf. Dictionnaire de l’histoire du christianisme. Paris, 2000, 1173 p.

Antiquité :

  • Coppens, Yves préf. Dictionnaire de la préhistoire. Paris, 1999, 1119 p.
  • Lacarrière, Jacques préf. Dictionnaire de la Grèce antique. Paris, 2000, 1426 p.
  • Leclant, Jean préf. Dictionnaire de l’Égypte ancienne. Paris, 1998, 469 p.

Mondes médiévaux :

  • Bernard, Antoinette préf. Dictionnaire du Moyen Âge : histoire et société. Paris, 1997, 923 p.
  • Favier, Jean préf. Dictionnaire du Moyen Âge : littérature et philosophie. Paris, 1999, 868 p.

Europe moderne :

  • Fernandez, Dominique préf. Dictionnaire de la Renaissance. Paris, 1998, 923 p.

Moyen-Orient et Islam :

  • Kadaré, Ismaïl préf. Dictionnaire de l’Islam : religion et civilisation. Paris, 1997, 922 p.

Asie et Océanie :

  • Gernet, Jacques préf. Dictionnaire de la civilisation chinoise. Paris, 1998, 924 p.