Skip to content

Sélection des atlas historiques

Comment furent sélectionnés les titres retenus dans les listes de publications recommandées

Les atlas historiques dont il est question ici sont des usuels de référence, à distinguer des recueils de cartes anciennes (qui portent souvent le nom d’« Atlas historique »). Ces derniers contiennent des reproductions de cartes montrant l’état des connaissances géographiques ou des phénomènes historiques à une époque donnée (un passé plus ou moins lointain); de tels recueils constituent donc des collections de sources, et non pas des études.

Par exemple :

Histoire générale :

  • Les dossiers compilés par la Perry Castañeda Library Map Collection de l’université du Texas à Austin : http://www.lib.utexas.edu/maps (en 2013, hyperliens vers environ 20,000 cartes sur une collection de 250,000).
  • Swift, Michael. Cartes du monde à travers l’histoire. Paris, GEO-Prisma Presse, 2008 (1ère éd. angl. 2006), 256 p.

Moyen-Orient et Islam :

  • Couto, Dejamirah et alii. Atlas historique du golfe Persique (XVIe-XVIIIe siècles). Turnhout, Brepols, 2006, 490 p. (Terrarum orbis, 6).

États-Unis :

  • Bosse, David C. Civil War Newspaper Maps: A Historical Atlas. Baltimore/ Londres, 1993, IX-162 p.
  • Hayes, Derek. Historical Atlas of the United States with Original Maps. Berkeley, University of California Press, 2007, 280 p.
  • Hayes, Derek. Historical Atlas of the North American Railroad. Berkeley, University of California Press, 2010, 224 p.
  • Swift, Michael. Historical Maps of North America. Londres, PRC Publishing Ltd., 2001, 144 p.

Canada :

  • Hayes, Derek. Historical Atlas of Canada. Canada’s History Illustrated with Original Maps. Vancouver / Toronto, Douglas & McIntyre, 2002, 272 p.
  • Hayes, Derek. Historical Atlas of the Arctic. Vancouver / Seattle, 2003, 208 p.
  • Trudel, Marcel. Atlas de la Nouvelle-France. An Atlas of New France. Québec, Presses de l’Université Laval, 1968, 219 p.
  • Warkentin, John et Richard I. Ruggles. Historical Atlas of Manitoba. A Selection of Facsimile Maps, Plans and Sketches from 1612 to 1969. Winnipeg, Manitoba Historical Society, 1970, XVI-585 p.

Asie et Océanie :

  • WIGEN, Karen et alii dir., Cartographic Japan : A History in Maps, Chicago, Chicago University Press, 2016, XI-269 p.

Afin d’éviter une pléthore paralysante dans le cadre d’une première initiation, les listes de titres ne conservent que les meilleurs des atlas récents les plus accessibles; elles laissent de côté les groupes suivants de publications :

  • pour les mondes anciens : les innombrables atlas d’histoire biblique et d’histoire juive.
  • pour l’Europe : les quatre atlas publiés en marge de l’ancienne collection « Clio », ainsi que les séries en cours de parution (de qualité généralement excellente) consacrées à l’histoire urbaine. Elles sont préparées sous l’égide de la Commission internationale pour l’histoire des villes (Association internationale des historiens) et réalisées par des comités nationaux : Atlas historique des villes de France, British Atlas of Historic Towns, Deutscher Städteatlas, Danish Committee for Urban History, Atlante storico delle città italiane, etc.
  • pour les Etats-Unis : la série des atlas consacrés à chacun des États américains, publiés en bonne partie par University of Oklahoma Press (Norman, OK).
  • pour le Canada : la série des atlas consacrés à des comtés : Illustrated Historical Atlas of the County of …

Inversement, sont inclus quelques atlas de langue allemande, étant donné la qualité souvent supérieure de la tradition cartographique germanique.

Pour en savoir plus sur les atlas historiques allemands

Christophe Duhamelle, « Les atlas historiques allemands », dans le Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne (Göttingen), 41 (2005), p. 137-150 : http://ifha.revues.org .

[Fermer]

La qualité des atlas historiques est à vrai dire inégale, compte tenu des exigences au niveau universitaire. Certains sont expressément déconseillés, comme la série publiée sous le patronage de Colin McEvedy dans les années 1960-70 : son graphisme simpliste la rend inefficace. D’autres, à vocation universitaire, sont restés célèbres en tant que ratages.

Ainsi :

  • Joseph Calmette, Atlas historique. 2- Le Moyen Âge. Paris, Presses universitaires de France, 1936 (4e éd. 1959 !) dans la collection « Clio ». Descente en flammes par Marc Bloch, dans les Annales d’histoire économique et sociale, 9 (1937), p. 435.
  • Robert Favreau dir., Atlas historique français. Le territoire de la France et de quelques pays voisins. 2- Anjou. Paris, Institut géographique national, 1973, dans la collection « Monumenta historiae Galliarum ». Abattage par Serge Chassagne, « Histoire et cartographie : une occasion manquée. L’Atlas historique de l’Anjou », dans les Annales de Bretagne, 82 :2 (1975), p. 195-200.

Enfin certains atlas présentent des cartes délibérément falsifiées (profils côtiers déformés, voies ferroviaires imaginaires, etc.) pour des raisons stratégiques liées au climat de Guerre Froide; ainsi le World Atlas paru à Moscou sous la direction d’Alexandra N. Baronov (2e éd. 1967, 250 p.). Car un atlas peut aussi servir à faire de la politique. Un atlas – même historique – est donc un document qui requiert la même vigilance critique que n’importe quelle autre publication. Des exemples toujours actuels de ce genre de situation concernent la cartographie historique d’Israël et de la Palestine, ou du Cachemire.