Skip to content

Qu’est-ce que Histoire-Hypermédia?

H-H n’est pas un cours en soi; c’est plutôt un instrument de formation à la recherche documentaire, à utiliser dans le cadre des cours de premier cycle universitaire en histoire, principalement en première année. Il s’appuie sur les ressources documentaires accessibles dans les quatre bibliothèques participantes, autant matériellement que virtuellement. Contrairement à beaucoup d’autres guides d’initiation à la recherche documentaire, H-H adopte une approche résolument disciplinaire; il est élaboré et maintenu par et pour des historiens.

Pour en savoir plus sur la sélection des titres

Il existe bien des guides d’initiation à la recherche documentaire destinés aux nouveaux étudiants à l’université, mais ils ne répondent pas directement aux besoins des apprentis historiens.

Ainsi, en mode imprimé : Maryse GAGNON et Francis FARLEY-CHEVRIER, Guide de la recherche documentaire. Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2004, 110 p. Mais il se distingue de H-H par les traits suivants :

  • Sa définition élargie de la notion de « recherche » s’applique aussi à un projet de développement des connaissances, au lieu de cibler la formation des débutants au maniement de l’historiographie.
  • Ses exemples appartiennent à des disciplines autres que l’histoire; ils n’offrent pas de démarche méthodique pour la formulation d’un questionnement à la manière historienne.
  • Son insistance sur les démarches appuyées par l’informatique entraîne une sous-utilisation de l’ensemble des instruments de travail qui n’existent que sous forme imprimée et escamote la question de l’articulation de ces deux modes de diffusion.
  • L’ouvrage ne fournit pas de listes commentées des instruments les plus récents de recherche documentaire; son statut originel de document imprimé (puis numérisé : http://site.ebrary.com/lib/umontreal/docDetail.action ?docID=10176932) ne permet pas de mise à jour régulière.

H-H est absent de sa bibliographie des sites Web consultés.

Ou encore, en mode informatisé, le tutoriel CERISE : Conseils aux étudiants pour une recherche d’information spécialisée efficace : http://giry.enc.sorbonne.fr/cerise (en ligne depuis 2000; dernière mise à jour en 2016).

Il existe bien des imprimés de formation à la recherche documentaire pour historiens; mais leur date de parution ne leur a pas permis d’intégrer comme il est maintenant nécessaire les nouvelles publications de qualité ni la situation créée par le développement d’Internet :

  • Elizabeth FRICK, History : Illustrated Search Strategy and Sources. Ann Arbor, Pierian Press, 1980 ; 2e éd. 1995, X-197 p. (Library Research Guide Series, 13).
  • Alan E. DAY et Michael J. WALSH dir. Walford’s Guide to Reference Materials. 2- Social and Historical Sciences, Philosophy and Religion. Londres, Library Association, 1959 ; 8e éd. 2000, XIV-794 p.
[Fermer]

La nécessité de l’acquisition d’un savoir-faire en matière de recherche documentaire découle du fait que la démarche des historiens procède par recours constant à l’argumentation documentée, à la discussion sur preuves; une grande partie de leur travail est donc faite de recherche documentaire. À un niveau initial de formation, cette documentation s’entend comme la production des historiens de métier (l’historiographie); il s’agira donc ici d’apprendre à trouver et à utiliser des études (livres, articles, thèses, etc.; en anglais secondary sources) et non pas des sources (les traces elles-mêmes du passé; en anglais primary sources). Le traitement des sources relève d’une étape ultérieure de formation et requiert un appareillage plus complexe.

Pour en savoir plus sur la distinction entre « source » et « étude »

La distinction entre source et étude n’est pas toujours aussi nette. Par exemple : les études publiées par des historiens du XIXe siècle peuvent devenir des sources pour un historien actuel qui cherche à connaître comment l’histoire fut comprise et pratiquée au XIXe siècle. Ou encore : un atlas géographique paru en 1900 peut être utilisé comme atlas historique un siècle plus tard. Dans de tels cas, c’est l’intention de l’utilisateur qui permet de distinguer entre source et étude.

Pour une discussion plus approfondie, voir Michael EAMON, « Les sources primaires et les sources secondaires », sur le site de Bibliothèque et Archives Canada.

[Fermer]

Comment relever le défi de la maîtrise de la documentation ? Repérer et maîtriser les études pertinentes à une enquête donnée requiert de savoir surmonter deux difficultés principales :

a) La très grande dispersion des données afférentes à une enquête historienne.

Pour en savoir plus sur cette dispersion

Dans une grande bibliothèque (matérielle ET virtuelle !), leur localisation est impossible à prévoir à coup sûr, car les travaux d’histoire sont partout : droit, économie, religion, société, politique, etc. En outre, les publications utiles aux historiens se présentent sous des formes très variées, qu’elles soient imprimées ou numériques : monographies individuelles, ouvrages collectifs, actes de congrès, revues plus ou moins spécialisées (par milliers), publications d’utilité courante (aussi appelées « usuels »), ouvrages de référence de toutes sortes (dictionnaires ou encyclopédies), bases de données en ligne, etc.

[Fermer]

b) La quantité phénoménale de publications accumulées par les générations antérieures d’historiens, en croissance rapide et continue.

Pour en savoir plus sur cet aspect quantitatif

Pour la seule année 1954, la Bibliographie annuelle de l’histoire de France a répertorié 4890 publications; un demi-siècle plus tard, elle en compte plus du double. Les bases de données bibliographiques Historical Abstracts et America : History and Life ont recensé 11,000 publications (livres et articles) pour l’année 1965; en 2008, le total dépassait le million. L’avènement du Web depuis le milieu des années 1990, avec l’augmentation du nombre de publications scientifiques non traditionnelles (par exemple des revues entièrement électroniques ou les textes de communications savantes) a accéléré la croissance de cette quantité.

[Fermer]

Un des services rendus par H-H consiste donc à introduire méthodiquement à un paysage éditorial appelé à devenir familier; une connaissance au moins générale des réseaux de communication des historiens est nécessaire pour conduire adéquatement une recherche documentaire en histoire.

Pour en savoir plus sur ce besoin de formation des historiens

Sur la nécessité d’une prise en charge formelle de la formation à une utilisation d’Internet dans l’apprentissage de la recherche documentaire, voir les résultats d’une étude auprès d’étudiants en histoire de l’Université de Lille III : Marie DESPRÉS-LONNET et Jean-François COURTECUISSE, « Les étudiants et la documentation électronique », Bulletin des bibliothèques de France, 51,2 (2006), p. 33-41.

[Fermer]

Heureusement, les générations de chercheurs qui nous ont précédés ont élaboré toute une gamme d’outils professionnels permettant de trouver de façon méthodique l’information de base et d’identifier les travaux savants parus jusqu’à ce jour; encore faut-il découvrir l’existence de ces instruments et apprendre leur maniement concerté. H-H permet de repérer et sélectionner les ouvrages de référence les mieux adaptés à un questionnement donné, et ainsi de planifier une recherche documentaire avant même le déplacement personnel en bibliothèque. Car la bibliothèque – matérielle et virtuelle – demeure le lieu le plus important pour conduire une telle recherche; c’est le « laboratoire » des historiens.

H-H est un site de contenu original, et non une simple liste de publications recommandables à des débutants ou un simple répertoire d’hyperliens; il se distingue par la combinaison suivante de caractéristiques :

  • une présentation intégrée des étapes de la recherche documentaire en histoire (accompagnée d’exemples), depuis la formulation du questionnement jusqu’à la présentation normalisée d’une bibliographie sélective et justifiée.
  • une présentation symétrique des usuels relatifs aux principales périodes ou aires géographiques pratiquées dans les programmes de premier cycle en histoire, de manière à faciliter le transfert (d’une entité spatio-temporelle à une autre) des savoir-faire acquis en matière de recherche documentaire.
  • une approche qui conjugue l’utilisation des instruments de travail accessibles en ligne et ceux qui n’existent que sous forme imprimée. Le défi est d’apprendre à combiner de façon raisonnée ces deux moyens d’accès à l’information historique; de ce point de vue, H-H constitue un premier pas dans l’appropriation du monde des « humanités numériques ».
  • une approche combinée des historiographies francophone et anglophone; dans notre contexte, le recours à ces deux langues est incontournable, d’autant plus que l’anglais est la langue d’usage de la plupart des outils informatisés.
  • une brève justification de chaque titre signalé, destinée à mettre en évidence ses mérites propres et préciser son cadre spatio-temporel si le titre n’y suffit pas. Quand c’est possible, une table des matières est incluse dans la notice. Le lecteur pourra ainsi mieux anticiper la plus-value spécifique de chaque publication et le périmètre de son apport; donc planifier son travail à distance.

Globalement, H-H poursuit un double objectif, sur le terrain de la formation à l’art de penser historiquement au niveau universitaire :

  • par une initiation au processus d’identification et de définition d’une question d’histoire, on se situe résolument sur le terrain de la formation intellectuelle disciplinaire;
  • par une découverte guidée du paysage éditorial des usuels de recherche produits par des historiens, les débutants en histoire apprennent à s’approprier l’instrumentation usuelle de leur discipline, au service d’une enquête documentaire bien définie.

Ces deux dimensions sont étroitement liées dans la conception, la construction et le fonctionnement du manuel de formation à la recherche documentaire qu’est H-H.